500 ans de la Renaissance en Centre-Val de Loire : « Viva Leonardo da Vinci ! »

Un cinquième centenaire ça se prépare au moins un an à l’avance. Les 12 membres du comité de pilotage du 500e anniversaire de la Renaissance dans la région se sont réunis mardi 30 janvier à Orléans, autour de François Bonneau. Le comité technique des « 50 » aussi. Au menu : l’appel à labellisation et lancement de la campagne de communication. Déjà 100 projets ont été déposés, alors que l’appel à projets n’a pas encore débuté.

500 ans de culture, de patrimoine, d’innovation et d’humanisme nous contemplent, depuis qu’un certain Léonard de Vinci, à l’invitation de François Ier, s’est installé à Amboise, au Clos-Lucé, pour y vivre ses dernières années. Il n’aura pas le temps de voire posée la première pierre de Chambord, et n’aura pas plus connaissance de la naissance de Catherine de Médicis. Ce sera pourtant bien autour de sa figure que tourneront en 2019, comme l’escalier à double révolution du château de Chambord, les festivités du 500e anniversaire de la Renaissance en région Centre-Val de Loire.

Déjà 100 projets parvenus, avant le démarrage officiel de l’appel à projets !

Les 50 acteurs des collectivités, partenaires et conseil scientifique se sont réunis le 30 janvier à Orléans, à l’invitation du comité de pilotage, 12 personnes représentants (entre autres) la Région, le Domaine nationale de Chambord, le château d’Amboise, le Clos-Lucé, la CCI régionale, la DRAC…

Au programme : préparer la labellisation des projets qui ne manqueront pas d’affluer dès que le coup d’envoi sera donné. « Déjà 100 projets nous sont parvenus, alors que l’appel à projet n’a pas encore officiellement débuté. On peut déjà dire que notre objectif de 500 projets sera atteint à ce rythme-la », souffle François Bonneau président de la Région Centre-Val de Loire. « Il s’agira aussi de les inscrire dans une trajectoire européenne », ajoute-t-il, et surtout autour d’un axe franco-italien. Ce dernier a commencé en 2017 à Rome, où la démarche des 500 ans a vue le jour. Elle se poursuivra tout au long de l’année 2018, avec en octobre prochain la présentation officielle du programme à Florence, berceau de la Renaissance italienne, matrice de la Renaissance française. Son point d’orgue se déroulera en 2019 au château de Chambord, où Emmanuel Macron souhaite y organiser un sommet franco-italien. « Léonard de Vinci, c’est lui qui va porter l’évènement. On peut dire : Viva Leonardo da Vinci, l’homme qui incarne le possible ! » s’enthousiasme (déjà) le président de Région. À ce jour, 2 M€ sont budgétés pour la préparation des évènements, auxquels s’ajouteront les budgets des autres partenaires et collectivités, notamment les Départements. Très probable que ce chiffre soit révisé à la hausse dans les mois à venir.

Le comité de pilotage, et le comité technique des “50”.

Le comité scientifique des Rendez-vous de l’Histoire de Blois est d’ors et déjà mis à contribution pour son édition 2019, dont le maire Marc Gricourt, vice-président de la Région, verrait bien « une thématique tournant autour de la création, la Renaissance au sens large », afin d’apporter du grain à moudre intellectuel à ce 500e anniversaire qui sera riche en évènements de tous types, mais qui pourrait être aussi et même surtout l’occasion de faire de l’histoire, au sens noble du terme.

Les entreprises ne seront pas oubliées, selon le président de la CCI régionale Antoine Bonneville, « tout est parti de Léonard de Vinci, qui nous parle d’innovation. S’appuyer sur les capacités d’innovation en Centre-Val de Loire c’est aussi ce qu’on recherche, nous allons nous occuper de la partie ingénieur ; comment les intégrer dans les célébrations de ce 500e anniversaire, avec les entrepreneurs, les commerçants… ». C’est aussi vers elles et leurs capacités à soutenir financièrement les projets que les regards se tournent. Mécènes : à vos ordres de virements !

Sur l’agenda pour la suite : en février, la construction de la stratégie touristique – le 500e centenaire sera aussi celui des retombées touristiques, très attendues. Un rendez-vous à l’Unesco en mars/avril et le développement des partenariats. L’élaboration du programme à partir de juin jusqu’en septembre avant, à l’automne prochain, la présentation officielle du programme en Italie et en France.

F.Sabourin.






Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail