Jeanne d’Arc : tempête dans les marigots sociaux

C’est récurrent : Jeanne d’Arc fait à nouveau polémique. Au café du commerce numérique, des voix racistes, intolérantes, insupportables, de ceux qu’on appelle trop gentiment “la fachosphère” se sont fait entendre. Présentée lundi dernier, Mathilde Edey Gamassou, ne correspondrait pas à leurs critères historiques.

Mathilde Edey Gamassou,

La jeune fille  choisie pour incarner Jeanne lors des fêtes de mai est métisse. Pour la première fois. Et alors, c’est quoi le problème? Bénédicte Baranger, la présidente d’Orléans-Jeanne d’Arc répondait ainsi à cette nouveauté : “Qu’est ce qui est important ? Elle est catholique, cultivée. La couleur de peau n’est pas un frein, elle ne doit pas l’être. Il est triste de penser que ce choix puisse susciter la moindre polémique”, avait-elle réagi. 

Signalons pour les tenants de la dictature de la transparence que c’est le grand-père de Mathilde qui était originaire du Bénin et qui a épousé une Auvergnate. 

À l’heure où à Orléans, les Médiatiques se penchent sur la presse et le numérique, on notera que les politiques réagissent immédiatement dans le même marigot, par les mêmes canaux, ceux des réseaux “sociaux”, que les saillies racistes de la fachosphère, que pour notre part nous ne reproduiront pas ici , et dont certaines mériteraient d’être traînées devant un tribunal.

Olivier Carré, le maire d’Orléans sur Twitter: “Mathilde a été choisie par le jury, ville, armée, clergé, et les Jeanne œuvrant dans l’association. Seul critère: qu’en 2018 comme depuis 589 ans, le peuple d’Orléans célèbre Jeanne d’Arc par une jeune femme qui évoque son courage sa foi et sa vision. Mathilde possède toutes ses qualités”. Un tweet suivi de près par celui de Marlène Schiappa, secrétaire d’État entre les femmes et les hommes: “Tout mon soutien à Mathilde Edey Gamassou. Jeanne d’Arc n’appartient pas aux identitaires. L’histoire de France non plus. Je vois dès demain matin la DILCRAH*: la haine raciste de la fachosphère n’a pas sa place dans la République française”.

Il y a quelques année, une Jeanne dont le nom pour la première fois dénotait des origines étrangère en l’occurrence portugaises, avait fait un peu réagir. “Grâce” au tambour des “réseaux sociaux” on est monté de plusieurs crans (sans jeu de mot). Marine Le Pen a privé le FN de défilé de Jeanne d’Arc à Paris le 1er mai qui permettait chaque année à papa de récupérer l’héroïne. Les nostalgiques défilent maintenant sur les “réseaux sociaux”. L’anonymat leur permet, entre autres, d’avoir l’insulte plus facile.

Juste un conseil au comité Orléans-Jeanne d’Arc: qu’il désigne l’an prochain une Jeanne orléanaise mais d’origine anglaise, il aura moins de problème avec les”identitaires” !

Ch.Bidault

*DILCRAH: Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT 

Afficher les commentaires