Soirées Performances: art “in progress”

Alors que les “Voix d’Orléans” se concluaient ce samedi par une conférence sur le thème du progrès dans l’art, comme en écho à cette docte réflexion, les Soirées Performances de la Scène Nationale proposaient cette fin de semaine de nouvelles explorations artistiques dans ce laboratoire qu’est devenu pour quelques jours encore le Théâtre d’Orléans (jusqu’au  14 avril)

“Mercurial George”: minimaliste

Mercurial George ©Jocelyn Michel

La performance de la chorégraphe canadienne Dana Michel est pour le moins dérangeante, sa gestuelle comme entravée de liens et d’objets qui échapperaient à notre perception développe un univers visuel et sonore où le bizarre fait rapidement place un certain malaise envahissant. Ses contorsions d’abord au sol puis autour de la scène tissent peu à peu une forme chorégraphique très archaïque très intuitive dans un environnement sonore aléatoire assez illisible, et cette performeuse, ” l’artiste montréalaise qui magnétise le monde de la performance contemporaine” nous a laissés quelque peu désemparés devant un langage corporel resté insondable…

“Tutuguri”, le corps et la voix

Tutuguri ©Pablo Lopez

 Flora Detraz réussit quant à elle le tour de force de créer un spectacle tout à fait étonnant à l’aide des deux ingrédients les plus basiques du spectacle vivant: le corps et la voix. Partant d’une psalmodie aux consonances bouddhiques elle va enrichir de minute en minute son répertoire sonore de bribes de sons articulés autant par son corps que par sa bouche entrouverte. Elle construit ainsi une danse du son jusqu’à se transformer en un mime silencieux du chant qu’elle achèvera par un lied classique.
Faisant référence au mythe du “Soleil noir” décrit par Antonin Artaud, voila un spectacle qui par sa simple originalité nous renvoie vers les profondeurs du rituel théâtral…

Ode to the attempt: la règle du jeu

Ode To The_Attempt © Phile Deprez

Le chorégraphe belge Jan Martens pose d’entrée la règle du jeu, la performance n’est qu’une tentative en plus ou moins 13 points qu’il va essayer de réaliser sous nos yeux comme: « adresser un message caché à mon ex », « faire un interlude kitsch et charmant » etc… Bref avec une sorte de fragilité, il se dévoile entre le grand écran informatique projeté en  fond de scène et sa danse étrange et sautillante, d’une joyeuse et dérisoire ironie sur son propre sort.
Simple, efficace et rigolo cette performance concluait cette première semaine des Soirées avec un brin d’humour bienvenu !

GP

Les Soirées Performances continuent jusqu’au 14 avril

Du mardi 3 au samedi 14 avril – Théâtre d’Orléans
Tarif unique 5€ le spectacle
Tarif exceptionnel Grande- 15€ (10€ pour les abonnées de la Scène nationale d’Orléans)

Le programme

Scène Nationale d’Orléans

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.