Elections européennes de 2019: déjà des candidats à la candidatures dans le Loiret

La République en Marche a pris plusieurs foulées d’avance dans la course aux européennes. A un peu plus d’un an du prochain scrutin (mai 2019), le parti du Président a lancé sa campagne. Par un déplacement de Christophe Castaner à Tours qui y a lancé il y aquelques jours la “Grande marche pour l’Europe” sur le modèle de ce que les marcheurs avaient réussi à la Présidentielle de 2017. Aucun grand parti n’a encore de tête de liste pour ces Européennes qui se feront sur une circonscription nationale unique. Et non plus sur les huit grandes régions comme au scrutin précédent.

Constance de Pélichy.

Pour autant, ne serait-ce qu’en raison de questions d’efficacité locale, pour tacher d’endiguer une abstention récurrente à ce genre d’élection, les partis devraient instiller une bonne dose de géographie dans le choix des 79 candidats qu’ils présenteront. Quels sont dans le Loiret les candidats identifiés à la candidature? Ils sont au moins trois à la revendiquer plus ou moins haut et fort, et avec plus ou moins de chances d’intégrer la liste des 79 qualifiés pour cette coupe d’Europe 2019, Constance de Pélichy, Yves Clément et Serge Grouard.

Yves Clément l’Européen.

Yves Clément n’est pas un perdreau de l’année dans le ciel européen. C’est un combat de toute une vie politique et l’ancien président du Loiret du MoDem, rêve depuis longtemps d’un siège au Parlement européen. Il a toujours sa carte dans le parti de François Bayrou et est à jour de sa cotisation.  Mais il se présente aussi-en même temps- comme coordonnateur Europe pour En Marche (LREM). Deux casquettes valent mieux qu’une. Durant cinq semaines LREM frappera à 100 000 portes de France pour recueillir les avis  et surtout les attentes des électeurs sur l’Europe.  Il y a quelques jours François Sarrazin, le référent de LREM sur le Loiret faisait compagne place du Martroi à Orléans sur le thème de l’Europe.

Liste commune LREM-MoDem

De qui était-il flanqué? D’Yves Clément, très actif au sein du mouvement européen du Loiret présidé par le socialiste François Zaragoza qui multiplie les invitation à de grandes figures européennes comme récemment Enrico Letta. On imagine bien que le parti macroniste qui a toutes les peines du monde à se trouver un ancrage parmi les partis existants à Strasbourg, aura bien besoin sur sa liste en France de son seul allié officiel et qui ne soit pas à géométrie variable comme le Mouvement radical ou l’UDI. Le MoDem et LREM devraient faire liste commune. 

Prochainement en région Centre-Val de Loire, et probablement à Orléans, Jacqueline Gourault, la Ministre auprès de Gérard Collomb, avec sa casquette du MoDem, flanquée des députés Marc Fesneau et Richard Ramos, réunira ses élus et militants régionaux et il devrait être question de pourcentage….Celui de députés élus à la proportionnelle qui fait débat avec le Président de la République, mais peut-être aussi de celui des candidats MoDem aux Européennes sur les la liste de la majorité. En tête de cette liste nationale, le nom de Sylvie Goulard, éphémère ministre (MoDem) aux Affaires européennes circule de plus en plus.

(De g. à dr.) Guillaume Peltier, Serge Grouard, Constance de Pélichy.

De son côté Serge Grouard s’est éloigné ces temps-ci des réalités et du “rayonnement” métropolitain orléanais. Il marque Bruno Retailleau, l’ancien leader filloniste à la culotte et l’on a même vu l’ancien maire d’Orléans se dévouer pour passer le micro aux intervenants lors d’une réunion sur l’Europe du patron des sénateurs LR. Si l’on a bien compris, Bruno Retailleau aurait un projet “différent” à quelques nuances près, de celui de Laurent Wauquiez sur l’Europe. En tout état de cause, Serge Grouard qui se cherche un mandat à sa dimension se verrait bien défendre sa vision gaullienne de l’Europe sur les bancs du Parlement européen. Guillaume Peltier, devenu depuis l’un de lieutenants de Wauquiez avait émis un avis favorable à cette hypothèse lors d’une conférence de presse consacrée aux affaires régionales.

Mais pas sûr que Laurent Wauquiez, lui soit favorable à “recycler” encore et toujours les battus des législatives à ces Européennes que chaque parti estime “cruciales” premier test national pour les partis depuis les élections de 2017. 

Barnier futur président de la Commission…?

Michel Barnier aujourd’hui négociateur du brexit pour l’UE.

Alors qu’aucun parti n’a désigné sa tête de liste, il est un nom qui fait l’unanimité à droite et au centre droit, c’est celui de Michel Barnier. Plus européen que l’ancien ministre de l’Environnement on ne fait pas. Pour l’instant le Savoyard, résident secondaire en Sologne, est en charge du dossier européen le plus épineux: il négocie le Brexit avec les Anglais! Ensuite, l’actuel président de la Commission, Jean-Claude Juncker souhaite que Michel Barnier lui succède. Pour ce faire, le Français (avec la bénédiction de Merckel) devra prendre la tête du PPE (le Parti Populaire Européen) au Parlement où il sera majoritaire et  dont le patron est, ipso facto, désigné pour prendre la tête de la Commission.  Barnier qui est “macro-compatible”, pourrait-il devenir le candidat de LR tout en ayant la bénédiction “objective” du Président de la République…?

C’est une femme, elle est jeune et n’a jamais caché son ambition de siéger à Strasbourg où elle a bossé sur l’Europe lors de la campagne de Dominique Baudis pour l’UMP en 2009, puis comme assistante parlementaire à Strasbourg. Constance de Pelichy, la maire de La Ferté-Saint-Aubin intervient pour le groupe d’opposition UDC au conseil régional du Centre-Val de Loire sur les dossiers pointus comme les fond européens. Ira -t-elle dans les “bagages” de Michel Barnier qui est, pour la petite histoire,  son “administré”, puisqu’il possède une résidence familiale à la Ferté-Saint-Aubin? 

Si on l’interroge sur ses chances de figurer sur cette liste européenne, Constance de Pélichy ne cache pas que les places seront chères, mais elle est aussi proche de Guillaume Peltier qui l’a encouragé à adhérer à LR et qui maintenant parle à l’oreille de Wauquiez…Y compris des anciens soutiens de NKM qui ont l’avantage d’avoir une image, féminine, centriste et européenne…

Ch.B

Jacqueline Gourault avocate de la circonscription nationale

Retour à la circonscription unique pour ce scrutin européen de mai 2019. Une mesure à laquelle tenait le Président de la République et qui a été adoptée à l’Assemblée nationale en février 2018. Seul le groupe LR a voté contre. 

La ministre auprès du ministre de l’intérieur, Jacqueline Gourault, a vanté un moyen « d’intéresser » les Français aux européennes et de relancer la participation à ce scrutin, qui était de 42,6 % en 2014. A ses yeux, la circonscription nationale a également le mérite « de proposer un débat clair, sur des options nettes ».
Lors du précédent scrutin , en 2014, la région “Grand centre” (Auvergne-Centre) avait envoyé à Strasbourg, deux députés FN (Bernard Monod, et Philippe Loiseau qui a remplacé sans bruit l’Orléanaise Jeanne Pothain), deux UMP (Brice Hortefefeux  et Angélique Delahaye) et un PS (Jean-Paul Denanot qui se retire de la vie politique et laissera sa place en juin 2018 à la Loiréchérienne Karine Gloannec- Maurin). 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. quousque non ascendam ? mais oui il y a des écureuils à la Ferté-Saint-Aubin où madame le maire commence visiblement à s’ennuyer

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail