Châteauroux : François Hollande à la rencontre des Indriens

L’ancien Président est resté environ trois heures, lundi dans une grande surface culturelle de Châteauroux, pour dédicacer son livre à près de 200 personnes.

Une petite foule patientait hier, en fin d’après-midi, devant le magasin Cultura Saint-Maur, de l’agglomération de Châteauroux dans l’Indre. Tous attendaient de rencontrer l’ancien Président de la République, car après son fief de Tulles, François Hollande avait choisi l’Indre pour dédicacer pour la seconde fois son livre Les Leçons du Pouvoir, paru le 11 avril, qui revient sur cinq ans d’exercice à la tête de l’État.

Défense des territoires ruraux

François Hollande et Michel Sapin signent les premiers contrats de génération à Blois en 2013. (archive).

François Hollande n’a jamais caché son attachement à ce territoire, similaire à sa chère Corrèze, sur la route de celle-ci et département d’attache de son fidèle lieutenant Michel Sapin. Dès jeudi soir, la semaine dernière, il avait en tête de s’y rendre. Un choix amical, mais également symbolique. « Cette marque d’attention, c’est considérer que ces territoires que l’on appelle ruraux doivent être non seulement défendus, mais pleinement irrigués comme des territoires de la république, argumente François Hollande. Pour la culture, pour le livre, même si l’on peut commander aujourd’hui par des moyens modernes, rien ne remplace le contact direct dans une librairie et avec l’auteur. Je veux que les Français puissent comprendre ce qu’est être Président de la République, les associer à ce qu’ont été mes principales décisions, leur faire rencontrer les dirigeants du monde, et j’ai souhaité que l’on puisse le faire ici dans l’Indre. »

“On vient parce qu’on l’aime”

Michel Denisot, François Hollande, Michel Sapin et Gil Avérous (maire de Châteauroux) en septembre 2017.

Pendant environ trois heures, il est resté pour échanger avec environ deux cents personnes venues à sa rencontre, moins que les six cents qui s’étaient déplacés lors de la venue de son prédécesseur Nicolas Sarkozy dans ce même magasin en mars 2016. Un mot personnalisé, une griffe, une photo, l’ancien chef de l’État a souhaité prendre son temps. « Dans ces rencontres là, peut-être parce que je ne suis plus Président et que les rapports sont apaisés, il n’y a que des encouragements, des mots de félicitations. Venir à une dédicace est certainement un acte qui vient poser des souvenirs sur un document, mais c’est aussi une personne qui vous dit en quelques mots sa situation, ce qu’elle a compris de mon action et ce qu’elle attend de la politique aujourd’hui. » Et en effet, dans la file, peu importe l’heure d’attente, les futurs lecteurs se réjouissent d’avance de pouvoir lui glisser quelques mots. « On vient parce qu’on l’aime » affirment haut Jacques et Colette. Margot, 23 ans, n’a pas pu élire François Hollande en 2012, mais le regrette aujourd’hui comme chef d’état. « J’aimais son côté humain que l’on ne retrouve pas aujourd’hui. J’apprécie l’homme, mais également ce qu’il renvoie. C’est vraiment une bonne surprise d’avoir pu l’accueillir ici. »

Morgane Thimel

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.