Grande parade Nouvelle Orléans à Jazz à l’Evêché

En ce premier chaleureux jour de l’été et de la Fête de la musique, ce sont les couleurs musicales de La Nouvelle Orléans, ville jumelle,  qu’arbore le festival Jazz à L’Evêché. Ce jeudi, il le fait ainsi non seulement en soirée avec le concert phare de Hugh Coltman, voix de l’année aux Victoires du jazz , artiste à la voix caressante alternant tempo romantique et invitation à la danse délicate, musicien qui a enregistré son nouvel album dans un temple presbytérien de Louisiane, mais aussi ,dès le midi,  avec le spectacle  en direction du jeune public, “La trompette magique”, de Jérome Etcheberry.

cl Marie Line Bonneau

Trompette magique pour les enfants 

Par un temps clément,  à savoir soleil voilé et vent doux  ne faisant  courir aucun risque d’insolation, quelque mille trois cents enfants venus essentiellement de plus de cinquante classes allant du  CP au CE2 d’écoles d’Orléans , ont été charmés par le serein livre de sons contant  un pan de l’hstoire du jazz via l’évocation du trompettiste Louis Armstrong, le blues du fameux standard Joe Every Blues qu’enchante Wynton Marsalis, un solide ragtime  de Scott Joplin, ou l’entraînante rumba “Le vendeur de cacahuètes”, (“The Peanut Vendor”) du Cubains Moisés  Simons (1928).

cl Marie Line Bonneau

Place encore au negro-spiritual convenant au souffle des esprits de la proche cathédrale Sainte-Croix, à savoir l’universel comme bienheureux “Oh when the saints” repris en chœur. Ce jeudi, tout finissant en chanson mais aussi en danse à l’Evêché, c’est à une réjouissante parade que se sont livrés ce midi les musiciens, tout soubassophone dehors,  au cœur du jeune public menant un joli chahut de fête.

Gumbo Jam, perle musicale et révélation du festival

A saluer également, ce jeudi, le décoiffant groupe Gumbo Jam  qui tire son  nom d’un plat typique de la Louisiane et tout son charme volcanique  de sa chanteuse danseuse Lise Bourbon qui nous emporte jusqu’au blues du swing et jusqu’au bout d’un groove à craquer sur la grande scène.

 

cl JDB

A n’en pas douter cette formation tourangelle , pointue et décoiffante, conjuguant hip rap musique afro-américaine sera la révélation, le grand coup de cœur de ce festival tant sa fraîcheur et son énergie, la présence à la Sanson voire à la Catherine Ringer de sa chanteuse enchante, captive et enthousiasme. A noter que cet ensemble, de musiciens et de danseurs superbes,  a été programmé par l’association O’Jazz que préside Jean-Louis Derenne. Cette même association programmera aussi , vendredi , le Raoul Jazz Clan, combo vainqueur du Tremplin  Jazz or Jazz 2018.

En résumé, assurez-vous contre le coup de cœur, car un coup de charme peut en cacher un autre.

Jean-Dominique Burtin

Photos: Marie-Line Bonneau, Jean-Dominique Burtin.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail