Guillaume Peltier, au milieu du gué

Treize vœux, trente-cinq amendements. À mi-mandat, la machine à communiquer fonctionne aussi bien à droite qu’à gauche. Quatre jours après la conférence de presse du président de Région François Bonneau, son meilleur « opposant », le chef de file de la droite et du centre Guillaume Peltier faisait de même, dans une brasserie en vue place du Martroi à Orléans.

Claude Greff – Guillaume Peltier – Catherine Fauquet.

Entouré de Claude Greff et Catherine Fauquet (toutes deux conseillères régionales d’Indre-et-Loire), le Solognot Guillaume Peltier déroule, en répétant le mantra : « nous sommes une opposition utile, constructive ». Plusieurs propositions émanant de l’UDC ont en effet été reprises et acceptées par François Bonneau, notamment l’idée d’un sommet franco-italien à Chambord lors du 500e anniversaire de la Renaissance ; l’usine de valorisation du gibier en Sologne ; la valorisation des circuits de proximité dans les cantines des lycées de la région ; intégrer au SRADDET (1) le combat contre “l’engrillagement” de la Sologne ; le délai d’un mois maximum pour avoir une réponse en cas de demande de subvention pour les élus locaux. On se demande bien, dès lors, pourquoi Guillaume Peltier et l’UDC ne roulent pas directement pour la bande à Bonneau… « Nous avons aussi des différences, par exemple, nous avons voté contre chaque année la hausse des impôts » dit très doctement le député Peltier.

Expérimentation d’un “ticket carburant”

Et il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, le prince de Sologne et des matinales radios parisiennes : énumérant quatre chantiers à ouvrir, il insiste lourdement – car il a déposé une proposition en ce sens à l’Assemblée nationale – sur l’instauration d’un « ticket carburant » afin de palier à l’augmentation du gasoil, pénalisant selon lui principalement les zones rurales. « Je souhaite que le Loir-et-Cher soit un terrain d’expérimentation », dit-il, ajoutant que « Xavier Bertrand (président des Hauts-de-France), se montre aussi intéressé ». Concrètement, la note de carburant des particuliers serait prise en charge, grâce à un système de défiscalisation, par les entreprises. « Nous voulons faire un test dans les zones rurales, dans le sud du Loir-et-Cher pour commencer ». Et il cite même Jeanny Lorgeoux maire de Romorantin-Lanthenay, qui explique que « 49 % des difficultés pour le retour à l’emploi c’est le transport ». Et ça n’est pas le plan vélo, dévoilé jeudi 13 septembre, qui permettra aux ruraux d’améliorer leur sort. Prise en charge par les entreprises ? On entend déjà la révolte gronder… « Non, car j’ai préparé ce texte avec la CPME (2) ; il ne faut pas que cela soit obligatoire d’une part et le système de défiscalisation arrangera les entreprises en allégeant l’impôt sur les sociétés. Je souhaite aussi un système de bonification sur les véhicules électriques, et sur le covoiturage » explique-t-il encore.

Une charte régionale contre la radicalisation et le communautarisme

Préoccupé comme tout le monde dans la région par le piteux état de la démographie médicale, Guillaume Peltier et l’UDC souhaitent proposer un taux de conventionnement modulé en Centre-Val de Loire. « C’est une proposition reprise par la Cour des Comptes et Didier Migaud sur le conventionnement de ceux qui s’installent dans les zones sous-dotées. Les zones sur-dotées seraient sous-conventionnées. Je veux qu’on crée un écart. Le problème dans tout cela ce sont les vieux ordres ». Les mandarins du conseil de l’ordre doivent avoir des acouphènes, et il serait surprenant qu’on n’en entende pas parler.

Enfin, un chantier que le conseiller régional souhaite ouvrir rapidement, et qui devrait faire chauffer les micros de l’hémicycle de la rue Saint-Pierre-Lentin le 18 octobre prochain lors de la session plénière : la proposition d’une charte régionale contre la radicalisation et le communautarisme. En clair, « conditionner l’attribution de subvention aux associations qui reconnaîtront cette charte régionale, sur l’égalité homme-femme, la liberté de penser, la liberté de cultes, par exemple ». Ou comment inviter les futures élections européennes de mai 2019 dans une assemblée régionale…

F.Sabourin

(1) Schéma régional d’aménagement, de développement durable et d’égalité des territoires.
(2) Confédération des petites et moyennes entreprises.

La fête de la violette se prépare : « déjà 500 inscrits »

Samedi 22 septembre prochain, en rase campagne à Souvigny-en-Sologne, Guillaume Peltier, qui est aussi vice-président des Républicains, réunit sa traditionnelle Fête de la violette. En guest star cette année, pas Laurent Wauquiez comme l’an dernier mais Jean Leonetti, vice-président LR lui aussi et maire d’Antibes, et le député de l’Ain Damien Abad. « 50 journalistes nationaux déjà accrédités, la matinale de RTL mardi, une interview dans un quotidien national ce week-end », la machine à faire pousser des violettes en pleine Sologne est en marche. Suivront six réunions publiques durant tout l’automne, le 11 octobre à Châteauneuf-sur-Loire, le 25 octobre à Tours, le 8 novembre à Chartres, le 15 novembre à Bourges, le 29 novembre à Châteauroux et le 15 décembre à Blois.

À propos de la reconnaissance de la responsabilité de l’État dans la mort de Maurice Audin en Algérie en 1957 :

Guillaume Peltier, historien certifié de formation, qui a un temps enseigné aux collégiens et lycéens, estime « que l’homme politique doit toucher aux questions éthiques et historiques qu’avec une main tremblante. C’est un bloc ou rien. Il me semble que ce qu’il (Emmanuel Macron, Ndlr) fait n’a pas été suffisamment pensé et préparé. Les Harkis se sentent une nouvelle fois trahis et ils ont raison. Ce geste – tout en demeurant un geste fort – risque de semer la division ; c’est un geste de communication ».

Afficher les commentaires