2 000 emplois, 2 000… grimaces du maire de Chartres qui refuse une plate-forme logistique

« C’est une question d’équilibre. Chartres est et doit rester une ville de province. Une telle implantation serait préjudiciable à l’équilibre sociologique et démographique de l’agglomération. », a répondu le maire de Chartres (Eure-et-Loir) à l’Echo Républicain qui a sorti l’information.

Jean-Pierre Gorges, maire de Chartres (Eure-et-Loir).

Jean-Pierre Gorges maire (SE), président de Chartres-Métropole (125 000 habitants), a refusé au printemps 2018, l’implantation d’un concurrent d’Amazon sur une zone d’activité proches de l’A.11, Le Jardin des entreprises. Pourtant 2 000 emplois étaient promis par cette entreprise dont le nom n’a pas été révélé. “Je ne souhaite pas accueillir une entreprise de logistique qui fait du picking en 3X8 (préparation de commande) et dont le personnel sera demain remplacé par des robots”, a indiqué vendredi soir, Jean-Pierre Gorges sur Europe1.

Les fiascos de Renault et Philips à Dreux

Jean-Pierre Gorges (à droite), ici avec Gérard Hamel, maire de Dreux.

Le maire préfère accueillir sur l’agglomération de Chartres des PME qui se développeront. Il prend l’exemple de l’échec du voisin drouais qui dans les années 70 a accueilli une grande entreprise dans le secteur automobile (Renault) puis dans les années 80 une grosse boite de télévision (Philips), les deux ont aujourd’hui fermé, laissant des milliers de salariés sur le carreau. C’est la politique du “prends l’oseille et tire-toi”, estime Jean-Pierre Gorges. Il met en avant outre « la consommation d’espaces économiques » et le ballet « de 50.000 véhicules par jour », mais aussi la nature de l’activité et des emplois qui

La mairie de Chartres.

vont avec, « dépourvue de valeur ajoutée. Ces emplois peu qualifiés vont attirer des nouveaux habitants qui vont modifier la structure de la population », a t-il déclaré à l’Echo Républicain. Soutenue par le conseil régional, Dreux a postulé à l’accueil de cette plate-forme après le refus de Chartres, mais cette candidature n’a pas été retenue.

La politique économique de Jean-Pierre Gorges est exactement l’inverse de celle qui est pratiquée dans le Loiret voisin. Tant le Département, en particulier du temps d’Eric Doligé, que la métropole d’Orléans ont au contraire déroulé le tapis rouge aux plate-formes logistiques ces dernières années. L’exemple le plus spectaculaire, c’est l’implantation du géant du e-commerce Amazon qui emploie plus de 2 200 personnes à Saran près d’Orléans et recrute en ce moment 2 100 intérimaires pour faire face au coup de feu de la fin d’année.

En tous cas ce n’est surement pas la métropole d’Orléans, fan de logistique, qui soutient Gorges.

Ch.B

 

 

 

Afficher les commentaires