Cahiers de doléances: ce que veulent les Orléanais

Depuis le 14 décembre 2018, un cahier de doléances à la mairie d’Orléans et dans toutes les mairies de proximité. Cette décision d’Olivier Carré, maire d’Orléans, fait écho à sa récente déclaration dans L’Opinion, où il affirme vouloir “prendre toute sa part dans les débats nationaux qui doivent conduire à construire une France qui n’exclut pas“. Il encourage tous ces concitoyens à y participer afin de “trouver ensemble un chemin nouveau pour garantir les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité

Mais que peuvent bien dire les orléanais sur la situation actuelle de notre pays et, question encore plus intéressante, quelles sont selon eux les solutions et réformes à adopter ?

@ Orléans métropole

« Ce cahier n’est pas, pour moi, un cahier de doléances mais bien un recueil d’exigences ». Voilà comment débute l’un des premiers messages laissés par un orléanais. L’expression choisie « exigences » témoigne bel et bien du ras-le-bol national présent aussi dans notre Métropole.

Bien que la crise et le mouvement des gilets jaunes a débuté après une hausse du prix des carburants, les doléances adressées aux élus sont bien plus diverses et variées…

Le pouvoir d’achat au centre des revendications des gilets jaunes

Cahier de doléances.@ ville Hazebrouck

Comme on peut s’y attendre la revendication qui revient le plus souvent est une hausse significative des salaires les plus bas. Les citoyens de l’agglo demandent également en grand nombre une « meilleure justice fiscale et sociale » et un nouveau mode de redistribution des richesses plus « égalitaire et surtout transparent ». Afin de répondre à cet objectif certains proposent un taux d’imposition unique pour tout les français ou encore une évolution du SMIC et des retraites cohérente avec l’inflation économique pour garantir à tout les citoyens un pouvoir d’achat conséquent.

Nos concitoyens orléanais évoquent la nécessité d’un capitalisme « humain » qui prendrait en compte les strates de la société qui se considèrent aujourd’hui mis de côté comme les retraités, les personnes issus de milieux sociaux défavorisés, les migrants… Le message envoyé est donc un besoin d’unification et de participation de chacun dans les décisions politiques et sociales de notre pays. Afin de parvenir à cet idéal, certains proposent la mise en place du vote obligatoire comme c’est déjà le cas en Belgique ou au Danemark, l’inscription dans la constitution d’un référendum d’initiative citoyenne ou encore de « meilleure compétences politiques » de nos élus, parallèlement à une réduction de leur nombre au sein des institutions.

D’autres vont plus loin dans leurs propositions de réforme de notre pays en évoquant la suppression du Sénat ou encore l’adoption d’une 6ème république où l’égalité sociale serait un pilier de la Constitution.

Le gouvernement interpellé sur l’inaction environnementale 

Autre sujet abordé de nombreuses fois dans ce cahier, la question environnementale. L’inaction de l’État dans ce domaine est vivement critiquée dans beaucoup de messages. L’actualité nous a montré que cette problématique s’avère partagée par bon nombre de français – partisans du mouvement des gilets jaunes ou non – puisque récemment des poursuites judiciaires ont été engagés contre l’État français par des ONG telles que Green Peace, soutenues par une grande partie de la population française.

Enfin , on retrouve également beaucoup de doléances locales qui n’ont pas significativement de liens avec les raisons originelles de la formation du mouvement des gilets jaunes.

Les gilets jaunes rejoignent le gouvernement sur le banc des accusés dans les cahiers de doléances

Perdu au milieu de tous les messages de colère des orléanais, on retrouve également un message adressé… aux gilets jaunes. Celui-ci, aussi attendu que révélateur, témoigne également de la fracture sociale et des désaccords dans la façon d’exprimer son mécontentement aux élus dans notre pays.

L’acte IX des gilets jaunes ce samedi nous montre que le mouvement a réussi à s’inscrire dans le temps. Reste à espérer que les cahiers de doléances ouverts partout en France contribueront à une apaisement social attendu par beaucoup de français.

Zoé Falliero

Afficher les commentaires