La culture à Orléans, vaste sujet !

Le Lions Club Université d’Oléans organisait mercredi 29 mars une conférence-débat sur le thème : “Orléans : culture et vitalité, Libérer la créativité dans la vie et dans l’économie”. À voir le public qui se pressait dans la salle de conférence de la CCI trop petite, pas de doute la culture est un sujet qui intéresse les Orléanais. Ajoutons que c’est assez nouveau de voir réuni dans une même salle tout l’aréopage de la culture orléanaise pour débattre de la place culture dans la toute nouvelle métropole. Après un exposé liminaire de Jean-François Marguerin, ancien fonctionnaire du ministère de la culture, fin connaisseur du sujet et libre de ses propos, rappelant la nécessité et les limites, notamment budgétaires, d’une politique publique de la culture, il a fallu pas moins de quatre heures de réunion pour écouter plus d’une vingtaine d’intervenants.

Séverine Chavrier directrice du CDN Orléans

Même s’il il y a eu quelques couacs comme l’oubli, vite réparé, d’inviter Frédéric Robbes, le patron de l’Astrolabe, à prendre la parole, ou certains intervenants passionnés un peu trop bavards, la réunion de cet ensemble d’acteurs de la vie culturelle orléanaise manifestait un évident changement de regard de tout un chacun sur l’importance d’une politique publique de la culture, perçue à la fois comme indispensable au rayonnement d’une métropole mais aussi comme fondement de la vie citoyenne, et ce, alors même que cette question est plutôt absente du débat présidentiel. Nul doute que le nouveau discours sur la culture du maire d’Orléans, Olivier Carré, a contribué à ce changement de perspective, notamment en proposant à toutes les institutions orléanaises de co-construire un projet culturel à la hauteur des ambitions d’une capitale régionale.

Région, département et ville d’Orléans

Et si, comme le rappelait en fin de séance le sénateur Jean Pierre Sueur, l’identité et donc la visibilité culturelle d’Orléans reste à imaginer, on ne pouvait que se réjouir en voyant dialoguer publiquement les trois collectivités territoriales finançant la politique culturelle autour de projets communs, signe d’une nouvelle donne dans ce domaine. Il reste à espérer que cet esprit de dialogue gagne l’ensemble de la nouvelle métropole

Gérard Poitou

Afficher les commentaires