Olivier Carré et la culture : le discours de la méthode

Comme un havre de paix loin du tracas de l’élection présidentielle, Olivier Carré organisait ce vendredi matin un petit déjeuner/conférence de presse consacrée à la politique culturelle de la ville d’Orléans, thème auquel semble tenir le maire d’Orléans puisqu’il avait déjà largement abordé le sujet lors d’une présentation au Lab’O du nouvel agenda culturel “On sort!” fin janvier 2017.

Nathalie Kerrien / Olivier Carré

Nathalie Kerrien et Abel Moitié, élus en charge de la culture, les directrices de la culture et de la communication, les attachées de presse, tout le monde était sur le pont ce vendredi matin pour accompagner cette conférence de presse au Café du Théâtre. Et finalement pas vraiment d’annonce durant cet exposé d’Olivier Carré qui a refait l’inventaire des actions et grands projets en cours : deuxième année pour le festival “les Voix d’Orléans”, avancement du projet des Vinaigreries Dessaux (7 millions d’euros), rénovation du musée des Beaux Arts et du futur MOBE, de l’Hôtel Cabu, et à plus ou moins long terme la création d’une cité musicale autour de l’Astrolabe 2 et du Conservatoire sur le site de l’ancien hôpital. La ville d’Orléans réfléchit également à la création d’un grand festival musical, pourquoi pas du jazz…

Cette conférence de presse a surtout confirmé l’attention particulière que porte le maire d’Orléans à sa politique culturelle, d’abord en rappelant l’augmentation du budget culture voté pour 2017, et surtout en définissant une sorte de feuille de route prospective précisant les grands principes d’action qui devraient contribuer au rayonnement culturel d’une ville qui ne manque pas d’atouts dans ce domaine, “la culture en marche” en quelque sorte… Plus sérieusement, le maire d’Orléans a rappelé les deux axes de sa méthode : l’implication des Orléanais qu’il faut convaincre qu’Orléans leur offre une vie culturelle riche et variée avec des actions comme  la gratuité des médiathèques,  l’opération “Hors les murs” ou l’agenda des sorties, et, deuxième axe, co-constuire des projets innovants avec les forces vives du territoire orléanais. Et Olivier Carré de rappeler toutes les institutions implantées sur Orléans: Scène Nationale, Orchestre Symphonique, musées, CDN, CCN, CADO, FRAC, Astrolabe, Esad, OCI, etc., toutes ces institutions de réputation nationale voire internationale doivent permettre de positionner Orléans comme métropole culturelle en structurant des projets transversaux et ambitieux. 

Et parmi les pistes de réflexion évoquées, retenons cette idée d’un grand incubateur culturel, une sorte de Lab’O culturel, mais adapté aux attentes du monde du spectacle vivant, outil qui permettrait d’accueillir des artistes en résidence pour la préparation de leurs créations, ouvert aux talents locaux, mais aussi attractif pour des talents venus d’ailleurs, notamment de la région parisienne.

Beaucoup de conviction, voire d’enthousiasme donc dans cette nouvelle ambition culturelle pour la ville d’Orléans, qu’il faudra bien sûr traduire à l’échelle de la métropole en gestation, mais là où il y a une volonté, il y a un chemin…

Gérard Poitou.

PS : Évidemment, quelques journalistes présents n’ont pu résister, en fin de conférence, à l’envie de “harceler” (dixit Serge Grouard) Olivier Carré (LR) sur son soutien au candidat François Fillon. L’intéressé répondit en raccourci par “Courage, Fillon”, réaffirmant son engagement en faveur d’un programme plus que d’un homme, nuance qui laisse ouverts bien des possibles tant la donne peut changer d’ici la lecture de ces lignes.

Afficher les commentaires