A Orléans, Takuya Otaki “forge ” l’admiration.

D’une direction à fleurets mouchetés, Simon Proust, chef invité, ouvre ce samedi 10 février, au Théâtre d’Orléans, grande salle Touchard,  le concert de l’Orchestre Symphonique d’Orléans devant quelque neuf cents spectateurs. Place tout d’abord aux Danses Roumaines de Bela Bartok,  palette musicale, prisme chatoyant allant du langoureux au sautillant, œuvre ou l’archet du premier violon, Gilles Lefevre,  répond au feu d’une baguette qui n’a de cesse de danser avec la flamme de l’orchestre. 

cl Marie Line Bonneau

Et puis voici  l’élégant et frêle Takuya Otaki, grand lauréat du douzième Concours international de piano d’Orléans qui s’éprend, magistralement,  du troisième Concerto pour piano et orchestre en mi majeur, de Bela Bartok.

Une radieuse osmose

Au premier miroitement des cordes répond immédiatement le pianiste qui  épouse la masse mouvante  orchestrale, puis dialogue avec elle en de lumineux flux  emplis d’intensité et de parenthèses éthérées. 

Faisant montre d’un lyrisme empli de pudeur, d’un feu de douceur aigu, d’un martellement éthéré teinté de mélancolie, Takuya Otaki, pianiste orchestral , engage avec chaque pupitre et un chef en radieuse osmose,  un discours qui n’a de cesse d’aller crescendo et de fructifier. 

Ici, sans cesse,  le souffle de l’interprétation attise la braise  d’une partition aux tourments abstraits et aux bourrasques brillantes où le folklore se teinte d’éternel contemporain. 

Au terme de ces instants d’une chaleureuse  et grande rareté offerts par le soliste , l’orchestre et son chef , salués de belle manière par l’enthousiasme  du public, Takuya Otaki donne un bis, plein de fraîcheur et d’une céleste mélancolie,   à savoir ce Chant populaire hongrois, ritournelle de douces caresses effervescentes  figurant sur son  récent CD  consacré à Bartok et dédicacé de manière attentive  à la pause.

Pur bonheur musical

Dès la seconde partie du concert, Simon Proust révèle les riches heures d’une nouvelle belle page, à savoir la Symphonie n°1 en do majeur , de Beethoven. Une fois encore, ses mains affleurent limpidement  à l’art de tout un orchestre enchanté de s’écouter comme de se livrer et de répondre aux intentions de ce chef avec lequel il partage une émouvante comme talentueuse admiration pour le grand maître commun que fut Jean-Marc Cochereau.

Jouvence enfin avec les Danses de Galanta pour orchestre, de Zoltan Kodaly. 

Ici, voici l’émouvante présence d’un chant de clarinette offert par Olivier Petit qui vient  nous rappeler que cet orchestre, qui a fait âme avec Takuya Otaki et Simon Proust,  est composé de nombreux solistes de premier plan. Tous étaient ce samedi réunis avec une précision d’enfer,  synonyme de minimalisme paradisiaque et de douce comme festive éloquence. Pour un  grand, très grand bonheur musical. Fruit d’une magnifique communion en répétition. 

Jean-Dominique Burtin.

Photos:  Marie-Line Bonneau.

Nouveau concert “Beetoven et l’influence folklorique”:
dimanche 11 février, 16 heures, Théâtre d’Orléans.

http://www.orchestre-orleans.com/

Takuya Otaki cl Marie Line Bonneau

 

 

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. J-D Burtin se complaît dans l’amphigouri délirant !
    Le style journaliste sportif transposé dans le domaine des arts !

  2. J’y étais et quel concert ! un chef d’orchestre remarquable dans des interprétations pleines de sensibilité ! et bien sûr ce pianiste que nous connaissons depuis 2016 à Orléans : Takuya Otaki , admirable sans oublier l’ensemble de l’orchestre! merci aux organisateurs pour ce moment !

Comments are closed.

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail