Législatives: Dupont-Aignan à Montargis affiche une prise de guerre régionale au FN

Deux heures avant l’arrivée de Laurent Wauquiez à la salle des fêtes de Montargis, Nicolas Dupont-Aignan tractait mercredi à deux pas, entre Pralines Mazet et la brasserie le Palais des Glaces, deux phares du centre ville. Le président de Debout-la-France, lui qu’on présente déjà comme une “passerelle” potentielle entre LR et le Front national (Rassemblement), marquerait-il Wauquiez à la culotte? “Non au racket auto” et “la hausse de la CSG”, reviennent à l’envi lorsqu’il prend langue avec le passants. Comme tous les leaders nationaux de passage à Montargis, pour ce scrutin devenu test national, NDA est venu faire son miel du Gâtinais.

Nicolas Dupont-Aiignan et le candidat de DLF, Luc Bucheton.

A quatre jours du premier tour de la législative partielle de la quatrième circonscription du Loiret, il est trop tôt pour parler de “rassemblement”, de la droite même si le terme revient souvent dans la bouche le l’ancien gaulliste qui avait appelé à voter Marine Le Pen au second tour de la présidentielle. “Il faut une opposition forte à Emmanuel Macron” ,lance le député de l’Essonne qui parle de la “petite soupe” de Laurent Wauquiez qui travaille avec l’UDI, le Modem. En revanche il salue l’initiative de Thierry Mariani (LR) qui lui, lance des perches vers le FN.

Un plan de cinq milliards pour les EHPAD

Tractage et échange avec des habitants à Montargis.

Comme dans toutes les partielles, NDA est venu soutenir son candidat. D’autant plus à Montargis que Luc Bucheton (3% en juin) est le secrétaire départemental depuis trois ans. Alors comme Pierre Laurent, le secrétaire général du PC quelques jours plus tôt, Nicolas Dupont-Aignan illustre sa visite en gâtinais par un cliché d’actualité, le CHAM (Centre hospitalier de Montargis) puis l’EHPAD  à Cerisaie, une maison de retraite publique. D’ailleurs à la veille de la manifestation des personnel et avant celle des retraités en colère, il commente devant la presse, “en matière de personnels ils sont aux normes, mais elles datent, aujourd’hui sur 60                                                                                       pensionnaires 10 sont valides, parce qu’on                                                                                                                             rentre de plus en plus

Nicolas Dupont-Aignan.

tard en EHPAD”.  Ses solutions, créer une cinquième branche de la sécu avec un “plan dépendance de cinq milliards d’euros” et transformer certains hôpitaux en EHPAD. Et puis ajoute t-il derechef, “le seul budget en augmentation c’est celui des migrants“, alors “il faut économiser les cinq milliards que l’on dépense pour les clandestins qui ne respectent    qu’i pas la loi”

 

Alexandre Cuignache quitte le groupe FN à la région

A ce stade, Il n y’ a qu’un pas jusqu’au Front national qui n’est jamais loin du discours de NDA:  Et justement un jeune élu fait figure de belle prise de guerre pour NIcolas Dupont-Aignan et il n’hésite pas à l’afficher avec son candidat.                                                                                     

 Alexandre Cuignache.  un avocat d’Eure-et-Loir annonce tout de go qu’il .quitte le groupe FN du conseil régional pour rallier Debout la France. L’homme ne cache pas que les turbulences nationales du FN n’y sont pas pour rien. Quant à Luc Bucheton, notaire, donc homme de loi posé, qui n’hésite pas à souligner qu’en juin il avait “talonné le PS”, il a rejoint Debout la France il y a des lustres pour “ses idées, claires, simples qu’il faut mettre en pratique”. Que reproche t-il à la gestion Door sur Montargis? “Une ville qui pourrait être mieux entretenue“, et surtout, “un centre-ville qui se désertifie” , au profit de la zone d’activité d’Antibes.

Luc Bucheton.

Enfin Nicolas-Dupont-Aignan plaisante à peine en osant un autre argument pour le vote en faveur de son candidat Luc Bucheton: “si Jean-Pierre Door était réélu il ne pourrait plus être maire de Montargis, ni président de l’agglo”.  Et tout en se refusant à se prononcer d’avance sur le choix du second tour, il lance quand même, fidèle au combat qui l’inspire ces temps-ci: “il faut l’union des droites”. De toutes les droites.

Ch.B

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.