Les députés LREM montent au créneau pour défendre le plan régional de santé

Après le vote “unanime” du Conseil régional (le FN n’a pas pris part au vote), et celui lundi du CESER contre le Plan Régional de Santé, les dix députés de la République en Marche des six départements de la région sont montés au créneau dans un communiqué pour défendre le plan ministériel, relayé par l’ARS (Agence régional de santé). Pour les parlementaires LREM, il s’agit d’une posture politique des “oppositions” de l’exécutif socialo-écologiste et de l’opposition LR et UDI.

Stéphanie Rist (LREM Loiret).

 

“Nous ne voyons donc dans ce vote négatif qu’une posture politique, qui ne répond pas aux enjeux
essentiels d’une offre de santé sur le territoire dont la définition devrait réunir les bonnes volontés audelà des divergences politiques.”

Pour la majorité gouvernementale ce plan est le fruit d’une concertation préalable: “nous voulons rappeler, comme l’a déjà fait l’Agence Régionale de Santé (ARS), que ce plan est l’aboutissement d’une démarche de concertation longue et approfondie, avec toutes les instances territoriales concernées par ce Plan. Son élaboration s’est également appuyée sur des études précises portant sur les inégalités sociales et territoriales comme celle menée par l’Observatoire Régional de Santé.”

La ministre de la Santé (à gauche) et la directr’ice de l’ARS, Anne Bouygard.

Les députés dont Stéphanie Rist, la députés du Loiret, très engagée avec la Ministre puisqu’elle est chargée du volet formation de la réforme , reviennent sur la polémique à propos du  quota de médecins dans les MSP (Maison de santé).
“Les critiques formulées à l’encontre du PRS reposent sur des inexactitudes et ne nous semblent pas correspondre à la réalité de ce projet, c’est le cas en ce qui concerne les projets de MSP. Les préconisations inscrites dans le PRS sont identiques aux objectifs qui sont d’ores et déjà inscrits dans le cahier des charges du Contrat de Plan signé entre l’Etat et la Région. Rien ne changera donc demain pour la réalisation de nouvelles MSP sur l’ensemble du territoire régional.”

D’autre part les députés LREM rappellent à la région qu’elle n’est pas la seule à financer les MSP “qui s’inscrivent dans le cadre d’une démarche contractualisée avec l’Etat.”.

Enfin sur les aides d’urgences, les députés de la majorité confirment que des annonces seront faites en juin.

Signataires : Philippe Chalumeau, Fabienne Colboc, François Cormier-Bouligeon,
Caroline Janvier, François Jolivert, Guillaume Kasbarian, Loïc Kervran,
Daniel Labaronne, Stéphanie Rist, Sabine Thillaye.

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Et pendant ce temps là, la MSP de la Source est menacée. Elle risque de devenir une “coquille vide”. Lors de la réunion du 12 mars 2018, à l’ARS, à laquelle Mme RIST était présente, certainement invitée par la direction de l’ARS, Mme la députée a entendu les cris de colère des représentants associatifs présents. Mais à ce jour, aucune proposition concrète. Pourtant, il y a URGENCE; Oui, comme je l’ai dit lors de cette réunion, c’est bien le droit à la santé, le droit à l’accès aux soins qui est posé.

    Michel RICOUD

  2. Invité à une réunion d’En Marche sur l’ avenir de la santé où tous les acteurs de la santé étaient à la tribune, j’ai beaucoup apprécié leur démarche et la qualité des échanges, dans le fond et la forme. Madame Ritz en particulier, que je ne connaissais pas.
    Bien sûr qu’il y a des postures au Conseil régional, il faut laisser du temps aux socialistes, de se refaire une santé électorale.
    Ce qu’il a de remarquable souvent, dans les enceintes politiques, c’est la capacité de certains élus, de parler avec brio, de sujets qu’ils ignorent. Le Républicain du Beuvron en Sologne est un modèle du genre, c’est dans son ADN, dit-on. J’ignore s’il s’agit d’une calomnie ou d’une médisance.

Les commentaires pour cet article sont clos.