Guillaume Pelletier (LR-Loir-et-Cher), le “crypto-gauchiste” demande une augmentation du SMIC de …40%!

“Nos deux ennemis, les finances et l’assistanat”: décidément le Guillaume Peltier député, rejoint le Guillaume Peltier du conseil régional dont les propositions iconoclastes pour son camps le font parfois passer pour un crypo-gauchiste. Au Palais Bourbon, le voilà qui double maintenant Mélenchon par la gauche en demandant une forte augmentation du SMIC. 

Guillaume Peltier n°3 de LR.

À peine la page  Virginie Calmels est-elle tournée chez les Républicains, voilà  que  Guillaume Peltier,  deuxième vice-président du parti,  fait à son tour une proposition transgressive pour un parti de droite. Le député de Loir-et-Cher a proposé d’augmenter le Smic de 10, 15 voire 20% en échange d’une baisse de charges pour les entreprises. Cette proposition d’augmentation du Smic, plutôt marquée à gauche, n’a pas manqué de mettre sa famille politique en  ébullition.

 Guillaume Peltier lui-même l’a répété devant l’association des journalistes parlementaires (AJP) : «  il s’agit d’un tabou à droite, mais j’assume mon coup de pied à la fourmilière. Nos deux ennemis sont la finance et l’assistanat.  Un premier ministre, Cameron l’a fait en Angleterre. C’est un anti-libéral ? », Interroge-t-il. Un argument qui est loin d’avoir convaincu tous ses camarades. Olivier Dassault, député de l’Oise, n’a pu retenir un petit rire. « Il faudrait commencer par baisser les impôts de 15 à 20%. Il faut, en fait, aller en dessous du Smic, surtout pour des jeunes”, rétorque-t-il.

De son côté, le député de l’Yonne Guillaume Larrivé dit  « oui au débat, non au délire »,  et dénonce une idée  « néo-communiste ». Quant à Philippe Gosselin, il est atterré.  « On va finir par être un peu plus à gauche que la France insoumise. Il va falloir que l’on arrête un peu d’amuser la galerie », s’agace-t-il.

. Si les libéraux s’étranglent, les gaullistes sociaux  saluent l’initiative de Guillaume Peltier. « Je le remercie d’avoir ouvert  dans notre famille un débat qu’il est nécessaire d’ouvrir dans notre pays : celui de la question de la rémunération des salariés les plus modestes.», dit un proche de Laurent Wauquiez,  tout en précisant que cette idée ne vient pas de la direction du parti.

 Refondation de la droite

Laurent Wauquiez avec Guillaume Peltier lors de la fête de la Violette en Loir-et-Cher.

 « Nous  sommes dans une phase de reconstruction, nous sortons d’une année d’échecs. Il nous faut faire émerger une droite forte dans le domaine régalien, juste sur le plan économique et social et assurer l’égalité des territoires », martèle l’élu du Loir-et-Cher. « Aujourd’hui, les deux tiers de la droite est mécontente de Macron. Il n’est pas un super président mais un super communicant. Sa chance c’est son prédécesseur. La droite prend conscience de l’imposture de Macron. Nous, nous sommes des patriotes pour qui la France compte ». Puis il ajoute « l’élection de Macron est une chance pour la droite française, elle lui donne l’occasion de reparler aux TPE, aux petits patrons, aux salariés , aux classes moyennes , aux ouvriers, aux agriculteurs », a-t-il expliqué.

 La stratégie du coucou

La tête de liste LR aux européennes sera choisie à l’automne.  «  Avec Laurent Wauquiez nous voulons accorder une primauté au débat  d’idées plutôt qu’aux questions de personnes. Nous proposons et on l’évoquera au conseil national du 30 juin une Europe de la troisième voix, ni l’Europe béate d’Emmanuel Macron, ni la position anti-européenne de Le Pen ou Mélenchon. Ces deux visions ont vécu. Nous proposons  une forme d’Europe des cercles concentriques pour commencer à travailler par exemple avec un certain nombre de pays d’accord pour repenser la politique agricole.Il y a quelques différences avec Valérie Pécresse mais sur la quasi-totalité des propositions nous sommes en phase » dit-il.

 Quant aux municipales  de 2020, les LR « investiront des têtes de listes loyales au LR  le parti n’interviendra pas dans la formation des listes.  C’est une ligne claire. Le problème des municipales se pose surtout pour LREM. Ils ont du mal à comprendre la France au-delà du périphérique et veulent tenter la stratégie du coucou. », conclut-il

 F.C.

 

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Iconoclaste ? Non,seulement de la vieille démagogie qui veut paraître transgression pour se faire un coup de pub. Le démagogue laisse miroiter une augmentation du smic mais compensée par la baisse des cotisations sociales des entreprises. C’est à dire sous prétexte de lutte contre “l’assistanat”, moins pour les retraites, moins pour la sécurité sociale moins pour les familles,…Il s’agit d’opposer entre eux les plus modestes pour le plus grand profit des profiteurs et des politiciens à leur service.

  2. Proposition pas si ahurissante qu’on veux bien le dire. Le 27 mai 1968, on a bénéficié :
    – d’une augmentation du SMIG de 35 %, qui passe à 3 F (3,50 € environ),
    – de celle des salaires, de 10 % (7 % au 1er juin et 3 % en octobre), et autant que je me souvienne , la France n’est pas morte…

Les commentaires pour cet article sont clos.