Orléans : libres paroles de l’Argonne au sein du Grand débat national

Le Conseil Citoyen du quartier a réussi son pari : mobiliser des habitants autour des quatre thèmes retenus pour la grande consultation.

Les participants se sont répartis sur quatre ateliers de discussion, autour des thèmes de la grande consultation.

Citoyenneté, égalité, mixité, démocratie, laïcité, autant de termes qui ont fait florès lors du débat organisé mercredi soir à l’Argonaute par le Conseil Citoyen de l’Argonne. Cet organe indépendant, composé d’habitants et interface entre le quartier, les élus, les bailleurs et les administrations, a voulu lui aussi donner la parole dans le cadre du Grand débat. « Il nous a semblé opportun? explique Rémi Blondel, un des animateurs du Conseil Citoyen, de profiter de cette opportunité pour donner la parole aux habitants qu’on n’entend pas toujours. » Il est vrai que le mouvement des gilets jaunes – aucun n’était présent mercredi soir tout autant que les élus qui brillaient par leur absence – a rarement, sinon jamais mis en lumière les quartiers. Mais cette fois, l’enjeu n’était pas de parler des trottoirs, de la propreté sur l’espace public ou du grand plan de rénovation urbaine qui se prépare dans le quartier mais bien d’aborder les questions de citoyenneté ou de démocratie. En ce sens, le pari est réussi avec la présence de plusieurs dizaines de participants assez représentatifs de la mixité du quartier. Évidemment, les quatre ateliers réunis avant la synthèse générale ont mis en évidence les mêmes questions majeures qui ont émergé lors du Grand Débat National : le rôle des élus, les trop difficiles relations entre élus et habitants, l’impôt pour tous, la mixité, la mobilisation en faveur de l’écologie, le respect mais surtout l’égalité de tous face à la loi.

Construire le vivre ensemble

Paradoxalement dans ce débat, rien sur la nécessité de recréer l’ISF, sur le totem du référendum d’initiative citoyenne (RIC), sur le renforcement de la fiscalité pour les plus riches ou la mise en cause des élus. A l’Argonne, c’est d’abord « le vivre ensemble » qui mobilise, mais surtout la laïcité. Dans ce quartier où les communautés se rencontrent peu sinon pas du tout, beaucoup voudraient une définition claire de la laïcité. Entre ceux qui dénoncent « l’instrumentalisation de la laïcité pour discriminer les musulmans » et les autres qui aspirent au respect de la loi notamment sur le port des signes distinctifs religieux, le débat est parfois vif sans pour autant s’envenimer.

L’objectif du débat était de donner « libre parole ». En ce sens l’objectif du Conseil Citoyen est atteint. Pas celui celui d’avancer des propositions ou de lancer des initiatives tant il semble difficile de « définir et de construire le vivre ensemble ».

J.-J.T.

Afficher les commentaires