RÉTRO – Les Soirées Performances : la curiosité récompensée

  • PDF
  • Email
  • Add to favorites

bandeau rétro été

Durant tout l’été, Magcentre vous propose de lire ou relire les articles qui ont marqué l’année, ceux que vous avez préférés, que vous avez le plus commentés ou partagés. 
Date initiale de publication  4 avril 2016

Exuvie ©Joao Garcia

Exuvie ©Joao Garcia

Les curieux ne manquent pas à Orléans et cette sixième édition des Soirées Performances organisées par la Scène Nationale d’Orléans ont une nouvelle fois rencontré un large public d’amateurs d’innovations décoiffantes comme de sensations fortes ou originales, c’est selon, en matière de spectacle vivant.

Et dommage pour le public orléanais qui a rempli cinq soirs de suite les diverses salles du théâtre*, que le programme en fut réduit à six propositions pour cause de coupes budgétaires, tant chacune de ces Performances a exploré les ressources du jeu et de la mise en scène dans les limites extravagantes de la créativité du spectacle.

Si le lancinant et minimaliste “Drum” nous a un peu laissé sur notre faim, la danse “qui fouette l’imaginaire” d”‘Epoque” a surpris plus d’un spectateur, comme l’équilibrisme poétique légèrement absurde d’“Allege”, suivi de l’étonnement de tous quant à la cire d’“Exuvie”, enveloppant deux danseurs aux physiques sculpturaux, puis se déchirant pour créer des formes fantastiques dont les corps s’extraient, comme des ébauches de Rodin prenant vie.  On a aussi parlé ici de “Médail Décor” et de sa stupéfiante logorrhée mi-humaine mi-chevaline, mais que dire de l’époustouflant et roboratif  “L’estomac dans la peau” ?

L'estomac dans la peau ©Scanart

L’estomac dans la peau ©Scanart

Dans une sorte de mise en danger d’elle même, l’actrice Rébecca Chaillon nous livre son combat corps à ventre, qu’elle mène contre une boulimie insatiable et une délirante oralité, devenue métaphore obsessionnelle  du manque d’amour: “J’ai pas de mec, mais j’ai un estomac et c’est pire !”. De la crudité bestiale aux métamorphoses de son corps nu et de son visage maquillé, Rébecca Chaillon nous interroge férocement sur notre rapport à la nourriture et à notre corps, dans une démonstration “in vivo”, qui nous prend aux tripes, comme un nouveau “Martyre de l’obèse”**.

Ces sixièmes Soirées Performances nous auront ainsi apporté une nouvelle fois, la certitude que le spectacle vivant est bien vivant, par son innovation, sa créativité et sa capacité à nous transporter dans des territoires inexplorés de notre imaginaire, entre plaisir et étonnement…

A l’année prochaine donc !

Gérard Poitou

*sans oublier le Caf’éphémère !

**“Le Martyre de l’obèse” Roman d’Henri Béraud Prix Goncourt 1922

Les Soirées Performances

c’était du 29 mars au 2 avril

Scène Nationale d’Orléans

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *



Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail