Législatives : C. Greff, S. Grouard, J-P. Door et M. Leroy ne pourraient pas se présenter si…

François Bayrou a présenté, jeudi 1er juin, le projet de loi de moralisation de la vie politique. C’était la condition de son ralliement au futur Président Emmanuel Macron. Selon le quotidien Libération, si la loi était déjà adoptée, 88 candidats aux législatives ne pourraient pas se présenter au scrutin des 11 et 18 juin. Dont Maurice Leroy, député sortant et candidat à sa succession pour la cinquième fois, dans la 3e circonscription de Loir-et-Cher. Mais il n’est pas le seul : Claude Greff en Indre-et-Loire (2e), Serge Grouard et Jean-Pierre Door dans le Loiret (2e et 4e circonscription).  

Maurice Leroy.

Toujours selon le quotidien, sur 7877 candidats officiellement investis, 353 députés comptent garder leur siège à l’Assemblée nationale. Libé a dénombré 88 candidats élus depuis 2002 (3e mandat consécutif, briguant un 4e). Ces 88 personnes n’auraient pas le droit de se présenter si la loi Bayrou était déjà entrée en vigueur. Sur les 11 députés UDI concernés, on trouve un certain Maurice Leroy, élu dans son Perche Vendômois, comme il dit, depuis 1997. Il brigue donc un cinquième mandat dans la 3e circonscription de Loir-et-Cher. S’il est élu, il devra choisir entre deux fauteuils exécutifs : celui de président du Département et celui de député.

Dans le Loiret, Jean-Pierre Door (L.R.) qui sollicite un 4e mandat sur la quatrième circonscription, est par ailleurs l’un de députés les plus âgés de l’Assemblée Nationale sortante. C’est Bernard Brochant, l’ancien maire de Cannes, 79 ans, le vétéran, et tout de suite après arrive le député-maire de Montargis, Jean-Pierre Door, ancien cardiologue et toujours

Jean Pierre Door, député-maire de Montargis

président départemental du parti Les Républicains. S’il est élu le 18 juin, il devra d’ailleurs choisir entre son mandat de maire et celui de député.

Un Jean-Pierre Door qui se plait beaucoup au Palais Bourbon puisque, à sa décharge, il a été le plus assidu de la mandature sur les bancs de l’Assemblée dans le Loiret. Alors que Serge Grouard a souvent brillé par son absence. Un autre député régional fait partie des champions du cumul dans le temps, c’est Philippe Briand (L.R.), par ailleurs questeur de l’Assemblée et président de la métropole de Tours, mais qui a la sagesse de ne pas se représenter après… cinq mandats consécutifs.

                                                                                  F.S et Ch.B

 

 

Afficher les commentaires