Les Orléanais n’iront plus sous les tropiques

A la mi-juin 2017, la serre du Jardin des Plantes en chantier depuis plusieurs mois va rouvrir. Pour une totale métamorphose. Sur 500 m2, les trois salles en enfilades serviront maintenant de salles de réception destinée aux entreprises et aux associations pour y organiser par exemple des expositions. Une sorte d’orangerie en plein cœur d’un jardin très fréquenté au sud de la Loire.       
Lors d’une visite dans ce nouvel équipement destiné au « rayonnement » de la métropole, le maire et futur président de la métropole Olivier Carré a indiqué que ce lieu d’accueil et de prestige « manquait un peu à Orléans. Il s’agit de “répondre à ce besoin et de faire rayonner le jardin des plantes encore trop peu connu ». Il précise également que « certaines plantes de la serre seront intégrées dans le décor ». Les plus belles pièces de ce qui selon le maire d’Orléans, « n’était même plus une collection », seront ressorties des réserves municipales lors de réceptions. La facture de ces salles de prestiges se monte à 800 000€ qui comprend la rénovation d’une salle de 500 m2 avec cuisine et dépendances.

Cette transformation suscite de nombreuses réserves, voire des réactions franchement hostiles.

—————————————————————————————————————————-

Il est parfois des décisions qui peuvent surprendre tout un chacun, par exemple alors qu’Orléans veut se donner l’image d’une capitale de la biodiversité en créant le premier muséum d’histoire naturelle entièrement dédié à ce sujet, le MOBE qui ouvrira ses portes en 2018, il peut paraitre étrange de transformer une serre créée en 1836 par d’éminents botanistes pour conserver des espèces venues du monde entier, en une salle de réception destinée à la location.


Olivier Carré, maire d’Orléans dans la serre du Jardin des Plantes*

L’explication est fournie par le maire d’Orléans, Olivier Carré, lors d’une visite de chantier au Jardin des Plantes, ce mercredi après midi, dans une ambiance déjà tropicale: “cette serre n’était plus fréquentée et n’intéressait plus grand monde”. Certes les visiteurs n’étaient sans doute que des amateurs émerveillés par cette véritable forêt vierge où se côtoyaient des plantes tropicales d’ornement et des plantes alimentaires comme des ananas, avocatiers, bananiers, caféiers, patates douces , cardamone, orangers, papayers, goyavier… les serres tropicales** (serre chaude et serre tempérée) du Jardin des Plantes d’Orléans furent parmi les premières en France à accueillir et voir fleurir des plantes tropicales.
Mais si le site figure bien encore sur le guide du Petit Futé 2017, on ne peut pas dire que la ville ait fait la promotion de ce haut lieu de la botanique tropicale dont on trouve pourtant encore cette description sur le site internet d’Orléans Métropole (pas tout à fait à jour):
La serre: le Jardin des Plantes vous offre un voyage sous les tropiques ! L’aménagement des 4 corps de serres offre une balade pédagogique dans l’incroyable diversité des plantes tropicales”.


La serre tropicale, avant… Photo Alain Pavard

Malheureusement pour cette jolie balade sous les tropiques, les plantes ont été déménagées l’été dernier, mises en lieu sûr nous dit la ville d’Orléans, mais difficile d’en savoir plus sur la destination de ces plantes exotiques. Quant à la pédagogie associée à ce lieu unique, on a évidemment fait disparaître les panneaux qui, sur les grilles du jardin des plantes, racontaient aux visiteurs l’histoire de ces botanistes  qui, dès le XIXe siècle entamèrent l’aventure, encore d’actualité, d’inventorier et de classer les innombrables espèces végétales.

Mais le maire nous rassure, les plus belles pièces de ce qui n’était “même plus une collection” (les jardiniers qui soignaient ces plantes apprécieront…) seront occasionnellement ressorties des serres municipales lors des réceptions qui se donneront dans ces lieux, richement rénovés, pour le plus grand plaisir des convives et invités. Et quant à ceux qui pourraient considérer cette décision comme la privatisation d’un espace public (incluant une partie du jardin pour les grandes réceptions), Olivier Carré précise que la serre pourra aussi accueillir des activités associatives comme des expositions, avec un seul handicap: il n’y a pas de climatisation et les œuvres exposées risquent fort de souffrir du bien connu effet de serre sous ces verrières qui abritaient jadis “une vie tropicale”.

Mais qu’à cela ne tienne, Olivier Carré en est convaincu, ce lieu de réception qui manquait à Orléans, va pouvoir dorénavant attirer de nombreux visiteurs, et donc contribuer pour le plus grand bien des Orléanais au rayonnement de la Métropole pour une facture globale de 800.000 € comprenant la rénovation d’une salle de près de 500 m², avec cuisines et dépendances.

A défaut, la grande serre du Parc Floral à la Source aurait pu faire l’affaire: elle restera, quant à elle, vide et à l’abandon… mais d’autres lieux pourraient faire l’objet de cette logique de privatisation locative, ainsi si “le Musée des Beaux Arts ne peut s’y prêter techniquement”, regrette Olivier Carré, et pourquoi ne pas imaginer que l’Hotel Cabu, musée historique peu fréquenté soit lui aussi “allégé” de ses collections pour en faire un lieu de prestige en cœur de ville…

GP

*Le Jardin des Plantes d’Orléans “est un lieu d’acclimatation des plantes rares, arrivées des contrées exotiques par les bateaux de Loire et site d’études et d’instruction. […]. Il est un des outils du Développement Durable et prolonge au 21ème siècle les missions entamées au 17ème.”
dixit le site internet de la ville d’Orléans.

** soit 60 familles de plantes et plus de 2 200 variétés, estimée comme la quatrième serre de France par son importance, selon France3 Régions qui annonçait en juin 2016, sur les dires de l’élue municipale  Aude de Quatrebarbe, le retour des plantes tropicales pour le printemps !

Pour en savoir plus: http://petitjoellem.free.fr/orangerie-serres/orangerie.html

La serre du Jardin des Plantes, avant…

 

Afficher les commentaires