” My Fair Lady” tourbillonnante et passionnante comédie musicale

 
Magnifique aventure et passionnant projet. C’est un très grand spectacle concocté depuis l’an dernier qui va voir le jour, du 23 au 25 mars,  au Zénith d’Orléans. Après les succès de Carmen (Bizet), de La Flûte enchantée (Mozart) et d’Aïda (Verdi), précédent spectacle qui avait attiré pas moins de 12.000 spectateurs, la Fabrique Opéra Val- de -Loire  célèbre le monde de la comédie musicale en présentant My Fair Lady, de Frederick Loewe et Alan Jay Lerner. Créée en 1956 d’après la pièce Pygmalion, de George Bernard Shaw, et succès incontesté de Broadway, cette  pétillante histoire invite à l’ascension de la jeune vendeuse de fleurs Eliza Doolittle à l’accent cockney (Marie Oppert) grâce à Henry Higgins (Kris Belligh) dans le Londres des années 30. 
 

Un vaste chantier participatif 

Son interprétation est ici le fruit d’un vaste chantier participatif regroupant  des  artistes amateurs et professionnels (plus d’une centaine de choristes chanteurs et danseurs) et , dans les coulisses,  quelque 600 élèves d’établissements de la région. ” L’une des pierres angulaires du concept “Fabrique Opéra” et son originalité sont d’associer dans une véritable collaboration des élèves de différents établissements d’enseignement technique et professionnel ; la participation de ces élèves à un événement culturel de grande envergure leur permet d’exprimer leur créativité et leurs compétences techniques dans le cadre d’un projet pédagogique significatif, et de devenir les véritables acteurs de la création d’un opéra sur un pied d’égalité avec les professionnels qui les encadrent” expriment les auteurs du projet.
 
Apprentis et étudiants auront ainsi travaillé,  et travaillent passionnément aujourd’hui encore,  à la réalisation, entre autres,  de la scénographie, des  décors, des costumes, des coiffures et des maquillages,  de l’aménagement végétal . Communication, accueil du public ,  restauration des équipes, gestion des données informatiques sont aussi entre leurs mains. A noter que depuis quatre ans , le centre pénitencier d’Orléans Saran participe à la fabrication des badges d’accès au Zénith des membres de la production,  et accueille l’Orchestre de Léonie pour une répétition.
 

Côté musique et mise en scène

 
Soucieux de l’ouverture au monde de l’école et du grandissement  souriant de chacun en société, Clément Joubert, musicien et pédagogue, directeur artistique et chef d’orchestre de renom , promet une musique  faisant assaut “d’une fraîcheur absolue, d’une orchestration légère et pétillante au cœur d’un univers coloré fait de rire et de danse”. Sous sa baguette évoluera  l’enthousiasmant et fervent Orchestre de Léonie, formation née en 2012 de la volonté de musiciens professionnels de la région Centre Val-de-Loire de démocratiser la “grande musique”. A ce jour, l’orchestre comprend une vingtaine de musiciens âgés de vingt à quarante ans. L’orchestre, de type formation Mozart est modulable en fonction de projets (orchestre de variété, orchestre de chambre, ensemble réduit).
 
Aux côtés de Clément Joubert, on retrouvera Franck Jublot qui, en  mettant en scène My Fair Lady (assisté de Quentin Delépine) , revient à ses premières amours de théâtre et musique. Celles de ses débuts au conservatoire d’Orléans avec Jean-Claude Cotillard, et à Paris avec Jacques Lecoq ou encore aux côtés d’André Riot-Sarcey et de la compagnie Les Nouveaux Nez. Comédien et metteur en scène, créateur du Théâtre de l’Imprévu et la Compagnie du Chat Pitre, Franck Jublot est notamment l’auteur, avec Jacques Trupin,  du  spectacle La Balle Rouge & Quatuor (plus de 1200 représentations en Europe et en Afrique). Il est aujourd’hui l’auteur de l’adaptation au théâtre du roman d’Eva Kavian, “Premier Chagrin : Cherche jeune fille pour baby-sitting” qui sera donné lors  du festival d’Avignon 2018. 
Absolument rayonnant, aussi précieux dans l’intime de la petite forme que dans le grand spectacle, Franck Jublot, extrêmement ému,  ne cache pas son bonheur de l’honneur et de l’amitié  que lui fait Jean-Claude Cotillard, qui avait mis en scène Carmen et La flûte enchantée , d’avoir accepté de  tenir le rôle du renifleur, personnage de ce My Fair Lady qui s’annonce pétri de charme, de liesse et de vérité de la condition humaine.
  
Pour ce My Lair Lady  mis en lumière par Dan Felice, se retrouveront aussi au Zénith d’Orléans  le Chœur  Opéra de la Musique de Léonie dirigé par Corinne Barrère , un quatuor à cordes d’élèves du conservatoire , la troupe de la danseuse et chorégraphe Emilie Plotton,  ainsi que des  membres de la musique municipale d’Orléans de François Denais qui entreront dans la ronde et s’inscriront  dans une folle parade aux côtés de la ravissante comme entraînante Eliza Doolittle.
 
Jean-Dominique Burtin.
 
Représentations  les vendredi 23 et  samedi 24 mars à 20 heures et le  dimanche 25 mars à 16 heures au Zénith d’Orléans.
Nombreux tarifs selon catégories et tarifs réduits allant de 19€ à 59€.

En savoir plus et tout: www.lafabriqueopera-valdeloire.com

 

 

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail