Législatives Montargis : partition à quatre voix pour la candidate LREM

Mélusine Harlé qui défend les couleurs LREM pour les élections législatives partielles dans la 4e circonscription du Loiret a reçu le soutien déterminé de trois parlementaires. Encore une semaine de campagne.

Mélusine Harlé.

Dans une semaine, les électeurs se rendront aux urnes pour le premier tour de la législative partielle de Montargis. La dernière semaine de campagne va donc être particulièrement active avec notamment la venue mardi et mercredi de Jean-Luc Mélenchon et de Nicolas Dupont-Aignan. C’est dire si cette partielle – une autre a lieu ce dimanche en Guyane – est jugée décisive au niveau national. Pour les oppositions, l’occasion est bonne de montrer qu’Emmanuel Macron « est en panne » et que « le mécontentement monte ». Pour La République en Marche le rendez-vous électoral est capital aussi pour valider les premières réformes engagées. Après un échec dans une première législative, LREM attend un succès ce dimanche en Guyane et espère avec convection que sa candidate Mélusine Harlé emportera la victoire le 25 mars prochain. Encore faut-il créer la dynamique dés le premier tour, ce dimanche 18 mars. C’est l’objet d’une réunion publique tenue vendredi soir à la salle des fêtes de Montargis où Mélusine Harlé était entourée de trois parlementaires de terrain mais qui portent souvent la parole macronienne sur les plateaux télé. Il y avait là Aurore Bergé, députée des Yvelines, Gilles Le Gendre, vice-président du groupe parlementaire En Marche à l’Assemblée nationale et la locale, Caroline Janvier députée du Loiret.

L’ennemi c’est l’abstention !

(de g. à d.) G. Le Gendre, A. Bergé, C. Janvier, M. Harlé.

En 2017 lors de la première élection qui a ensuite été invalidée par le Conseil constitutionnel, Mélusine Harlé était arrivée largement en tête devant Jean-Pierre Door avant de s’incliner d’un cheveu (49,99% contre 50,01) au second tour. Ces quelques voix d’écart Mélusine Harlé veut les grappiller pour s’imposer. Mais le résultat dépendra avant tout de l’abstention toujours forte lors des partielles. Et cela d’autant plus qu’en 2017 le taux de participation était à peine supérieur à 50%. « Je n’ai pas compris estime Jean-Louis Boyet, suppléant de Mélusine Harlé et ancien procureur de la République à Montargis, qu’un Montargois sur 2 ne se déplace pas. Je ne comprends pas ce désamour ». Place donc à la mobilisation. En quelques semaines, la candidate a animé une trentaine de réunions publiques et mobilisé de nombreux soutiens comme le maure de Dordives. Gilles Le Gendre comme Aurore Bergé ou Caroline Janvier ont bien sûr vanté les qualités de Mélusine Harlé : « la bonne candidate, au bon endroit et au bon moment », issue de la société civile, engagée dans des mouvements citoyens et fortement mobilisée par les questions sociales et de formation.Les trois députés invités étaient aussi présents pour assurer le service après vente de la politique gouvernementale et notamment des « mesures impopulaires (comme la hausse de la CSG notamment pour les retraités) mais indispensables au redressement de la France ». « Les résultats vont arriver, tout était à refaire pour réparer la France préviennent les députés, mais il faut attendre un peu avant que les premiers résultats arrivent ». La réunion publique a d’ailleurs été préemptée en grande partie par les questions du public venu en nombre malgré les vacances sur le numérique et les zones blanches, l’avenir de la caserne Gudin, les transports, les questions d’immigration, d’apprentissage ou de formation.

Un programme de terrain.

Gilles Le Gendre.

Ancré dans son territoire Mélusine Harlé assume naturellement toute la politique gouvernementale d’Édouard Philippe et d’Emmanuel Macron. Mais elle veut aussi développer un vrai programme de territoire avec une mesure essentielle : la création d’un « pôle d’excellence pour le rayonnement économique et social du Gâtinais » où toutes les initiatives en matière d’emploi, de formation, de social pourraient se regrouper sur le site Gudin fermé depuis 8 ans. La marcheuse avance aussi des revendications pour l’accès au haut débit, sur le développement des transports, l’arrivée du pass Navigo à Montargis, le développement de maisons de service public, de maisons de formation. L’une de ses grandes idées est aussi la mise en service de bus médicaux sillonnant le territoire pour proposer des consultations médicales dans les villages. Autant de mesures qu’elle a popularisées tout au long de sa campagne et qui seront validées ou non dimanche prochain avant peut être d’en faire la 311e députée LREM à l’Assemblée nationale.

J.J. Talpin

Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail