Dernière ligne droite pour les états généraux de la culture en région Centre-Val de Loire

bonneau

François Bonneau.

Débutés le 8 Novembre à Mettray, dans l’Indre-et-Loire, les états Généraux de la culture initiés par le Conseil régional vont se terminer à Blois, dans le Loir-et-Cher, un mois plus tard. Entre temps, les représentants des services culturels en région Centre-Val de Loire  auront rencontré une grande partie des acteurs de terrain des six départements.

A l’issue de ces six rendez-vous de la phase d’écoute, un bilan sera réalisé afin de mettre en place une politique culturelle globale pour l’ensemble des territoires plus proche des attentes et des souhaits des personnes concernées par la Culture. C’est en mars prochain que les différents axes de la nouvelle mouture régionale seront présentés. « Ce sera une restitution des volontés des gens qui œuvrent dans le milieu culturel » estiment les organisateurs des rencontres.

Économie/Entreprendre dans la culture, Emploi et Formation, Habitants, publics, éducation, Territoire, Coopérations et réseaux en matière culturelle, et Création et diffusion, tels étaient les différents thèmes donnés lors de chacune des étapes de ces rencontres proposées qui dans des salles de spectacles qui dans une friche, qui dans un lycée. Autant de lieux que de thèmes abordés avec plus de 1000 interlocuteurs de tous les univers culturels. Ces rencontres avaient été initiées à partir des recommandations de 500 intervenants afin de définir les différents ateliers sur des sujets transversaux.

Le Centre-Val de Loire n’est pas une région musée
 

états généraux culture« Avec une part d’environ 3,5 % du budget global de la région, la Culture donne la pole position au Centre-Val de Loire en terme de financement de la culture pour les treize régions de l’hexagone » assure François Bonneau, le président de Région,   à l’heure de tirer les premières conclusions de la journée de consultation berruyère, sur le site d’Emmetrop, dans la friche de l’Antre-peaux.

Au total 22 M€ de fonctionnement, associés à 10 M€ d’investissement et 8 M€ liés aux divers dispositifs mis en place dans les territoire, CAP’asso culturel inclus explique le président Bonneau avant d’ajouter que « la culture est l’un des axes prioritaires de l’action publique de la région Centre-Val de Loire. Nous avons désormais une notion d’identité régionale. Nous exprimons celle-ci à travers la culture… mais nous ne voulons pas être une région musée !

Nous voulons une culture vivante et active, à l’image de l’actuelle expo du Transpalette. Notre région est certes celle de la Renaissance avec les châteaux de la Loire, par exemple, mais c’est aussi la création contemporaine comme à Amilly avec le centre d’art contemporain des Tanneries ou le centre d’exposition de la Fondation du Doute, à Blois ». 

Bien en amont du projet de politique culturelle présenté au printemps 2017, le président de Région  n’a pas manqué de souligner les 58 000 chéquiers Clarc. Un chéquier qui permet à des jeunes de se rendre sur une grande partie des sites culturels régionaux, cinémas, théâtres, musées, ou encore le Cinémobile et sa cinquantaine de villes et villages concernés. «  C’est une exception culturelle régionale. La ruralité n’a un avenir que si les gens peuvent accéder à la culture ». 

16.000 emplois concernés par la Culture

états généraux cultureCes rencontres avaient aussi pour but de donner une image rationnelle des divers territoires mais aussi de l’économie de marché généré par le monde culturel régional. Les estimations officielles indiquent près de 16.000 personnes directement impactées par la culture dans les six départements.  A cela viennent s’ajouter les emplois induit dans le commerce, l’hôtellerie. Quant au coût réel des actions menées par la région,  le président Bonneau a donné l’exemple des jardins de Chaumont-sur-Loire et de son festival international. «  Il a été comptabilisé 40.000 entrées l’an passé. Cela représente 70 % du budget du jardin … Un festival s’équilibre avec des recettes mais aussi des retombées économiques. La culture doit être prise sous la forme d’un investissement global, pas périphérique ».

A l’heure où les premiers noms de la programmation du Printemps de Bourges ont été dévoilés, l’élu régional a souligné que le partenariat avec le festival berruyer était pérenne. « Les rencontres c’est une méthode construction de la politique culturelle régionale. C’est celle du dialogue et du partage.  Preuve en sont les 1350 manifestations aidées par la région. Pour le Printemps de Bourges nous continuons avec la nouvelle équipe de Boris Vedel. D’autant qu’il veut travailler avec les territoires … », a précisé François Bonneau avant de conclure : «  il n’y a pas d’épanouissement personnel sans culture ».

Fabrice Simoes.

États généraux de la Culture

Commentaires

Toutes les réactions sous forme de commentaires sont soumises à validation de la rédaction de Magcentre avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à l'adresse redaction@magcentre.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

  1. Dommage que les acteurs de la filière livre n’ai pas été conviés ! Il faut arrêter de recopier l’information qui provient des institutions mais aller à la rencontre des acteurs de terrain. De la peau de saucisson sur les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Code de sécurité *




Recevez chaque jour les nouveaux articles par e-mail

Votre e-mail ne sera communiqué à aucun tiers et servira uniquement à vous envoyer les titres chaque jour par e-mail